Khiva

Situé à 35 km au sud-ouest d’Ourguentch, Khiva est une curiosité unique en son genre à ne pas manquer lors d’un voyage en Ouzbékistan. Surnommée « la ville-musée », elle vous transporte dans le passé grâce à son centre historique dans un parfait état de conservation. Faisant partie du patrimoine mondial de l’UNESCO, la visite de cette cité légendaire que le temps semble avoir oublié fera de votre séjour une expérience inédite et unique.

Histoire

Khiva est une ville dont l’histoire remonte à plus de 2 500 ans. On raconte qu’elle fut fondée par Sem (l’un des fils du personnage biblique Noé) qui y creusa le puits de Keivah. Sa situation géographique à la limite du désert du Karakoum a poussé ses habitants à développer un système d’irrigation complexe en exploitant les eaux du fleuve Amou-Daria. Cette cité était également pour les caravaniers la dernière étape avant de traverser le désert iranien.

Au IVe siècle de notre ère, Khiva appartenait au royaume perse de Kharezm. Puis, en 712, elle fut conquise par les Arabes qui ont façonné la ville par leur architecture originale. Quelques années plus tard, plus exactement en 783, la ville fut témoin de la naissance d’Al-Khawarizmi. Pour beaucoup, ce nom ne dit pas grand-chose, pourtant, il s’agit de l’un des plus grands mathématiciens de tous les temps. C’est à lui qu’on doit le mot « Algèbre » tiré de l’un de ses ouvrages, ainsi que l’utilisation des chiffres arabes.

En 1211, Khiva comptait parmi les villes détruites par Gengis Khan et sa horde lors de l’invasion mongole. En 1379, elle tomba sous la domination de Tamerlan avec l’ensemble du Kharezm. Ce n’est qu’en 1512 que la ville fut reprise par les Ouzbèks qui fondèrent en même temps les Khanats de Kharezm et de Boukhoura. De 1512 à 1740, elle fut la capitale du Khanat de Khiva, jusqu’à ce qu’elle devient un protectorat russe en 1873. Il faudra attendre le XIXe siècle pour qu’elle retrouve son indépendance. C’est à partir de cette époque qu’ont eu lieu la construction des grands monuments qui font la fierté de la ville.

Aujourd’hui

La cité, ou plus exactement, la citadelle de Khiva (en effet, elle est entourée d’un rempart de terre crue de forme rectangulaire) est l’une des destinations les plus visitées de l’Ouzbékistan. Elle est partagée entre la ville nouvelle (Dichan-Kala) et la ville ancienne (Itchan-Kala). Cette dernière étant inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Véritable musée à ciel ouvert, Khiva donne l’impression de voyager dans le temps avec ses architectures sur laquelle les années ne semblent avoir aucune emprise.

Si le paysage de la ville impressionne la journée, il est encore plus merveilleux la nuit. En effet, admirer les reflets de la lune et les éclairages électriques sur les coupoles est un spectacle qui serait vraiment dommage de manquer.

Voici quelques uns des plus beaux monuments de Khiva :

· La mosquée Djouma, aux 212 colonnes de bois sculpté

  • La madrasa Muhamed-Amin Khan

· le minaret Kalta-Minor

  • Le mausolée de Saïd Alaouddine
  • Le palais Tach-Khaouli
  • Le mausolée de Pakhlavan Makhmoud

Quand s’y rendre ?

La ville de Khiva bénéficie d’un climat continental marqué par un important contraste entre des hivers rigoureux, mais assez secs, et des étés chauds, voire même brûlants. Le meilleur moment pour s’y rendre se situe entre les mois d’avril à août où la température moyenne oscille autour de 27 °C.

Comment s’y rendre ?

La manière la plus simple pour se rendre à Khiva est de prendre un vol depuis Tachkent pour l'aéroport d’Ourguentch. Puis depuis Ourguentch prendre un taxi jusqu’à Khiva qui se trouve à 35 km. Il est également possible de rejoindre Khiva en train depuis Tachkent, Boukhara et Samarkand, toutefois, le trajet prend beaucoup de temps (environ 20 heures).

Bonjour

Je suis Nuriddin de "Silk Road Explorer". Envoyez nous votre demande, et nous vous répondrons sous 24H
Appelez-nous au
+99894 454 6400