Nécropole Chor Bakr

La nécropole de Chor-Bakr, surnommé « la ville des morts », se trouve à quelques encablures au sud-ouest de Boukhara, dans le village de Soumitan. C’est dans ce lieu empreint d’histoires et de croyances que repose l’un des disciples les plus importants du prophète Mahomet : Abou-Bakr Saïd.

Histoire

Les origines de la nécropole remontent à l’époque de la dynastie des Samanides. La première sépulture qui y a été créée consacre Abou-Bakr Saïd, un descendant de la lignée du prophète Mahomet. Fondateur de la dynastie de Djouïbar, Abou-Bakr Saïd a joué un rôle majeur dans la vie politique et spirituelle de Boukhara.

Au fil du temps, d’autres tombes appartenant à de hauts dignitaires de la dynastie Djouïbar ont été installées sur place. La nécropole de Chor-Bakr s’est peu à peu couverte de mausolées et de tombeaux-dakhmas, ce qui lui a valu le surnom de « ville des morts ».

Vers la fin du XVIe siècle, le gouverneur de Boukhara Abdoullah-khan a ordonné la construction d’une mosquée, d’une médersa et d’une khanaka (auberge pour les pèlerins) au cœur de la nécropole afin d’honorer la dynastie Djouïbar. Le complexe a été un lieu de prières et de cérémonies musulmanes populaire, jusqu’à l’avènement de l’époque soviétique pendant laquelle il a été interdit de fréquenter le site religieux. Lorsque la période soviétique en Ouzbékistan a pris fin, la nécropole a repris petit à petit de l’importance en tant que destination de pèlerinage islamique.

Découvrir la nécropole de Chor-Bakr

Si vous aimez les endroits mystérieux qui semblent vous mettre en lien avec l’au-delà, le complexe de Chor-Bakr vous plaira sans nul doute. Une ancienne croyance à Boukhara dit que toute personne qui réussit à faire le pèlerinage des quatre tombes des saints nommés Bakr verra son vœu, n’importe lequel, se réaliser. C’est pour cette raison que les Ouzbeks musulmans accordent une grande valeur à la nécropole de Chor-Bakr. Au même titre que la nécropole de Shahi Zinda à Samarcande, le site est une étape incontournable avant le pèlerinage vers La Mecque.

D’un point de vue global, le complexe de Chor-Bakr a hérité des mêmes procédés de construction que la nécropole de Shahi Zinda. L’élément qui le différencie des autres sépultures en Ouzbékistan est la Khazira. Il s’agit d’un genre de structure funéraire comportant une cour emmurée dotée d’un accès unique sous la forme d’une porte splendidement ornée. La nécropole de Chor-Bakr en abrite plusieurs, dont la plus importante est la khazira de Djouïbar Saïd. Installé dans la partie nord-ouest de la nécropole, le monument est desservi par un long couloir empreint d’une ambiance mystique.

Les autres khaziras notables se situent dans la section orientale, faisant face à la mosquée et au khanaka. Entre les deux parties se trouve un petit étang. Ne manquez pas non plus le petit minaret datant du début du XXe siècle, qui partage des similitudes avec le fameux Kalyan de Boukhara.

Au total, le complexe commémoratif de Chor-Bakr compte une trentaine d’éléments architecturaux. Ajoutez à cela le jardin appelé Chor-Bog, aménagé au nord de la nécropole à partir du XVIe siècle. Le verger abrite des sycomores, des saules, des peupliers et plusieurs arbres fruitiers.

Certes, les rituels funéraires au Chor-Bakr ne sont plus aussi courants qu’auparavant, mais les Ouzbeks les portent dans leur cœur et tiennent à ce que l’endroit ne soit pas souillé d’une quelconque manière que ce soit.

Comment s’y rendre ?

La nécropole de Chor-Bakr se situe à environ 7 km de Boukhara. Il est facile de s’y rendre en taxi depuis la ville, si vous ne disposez pas de votre propre voiture.

Membre de Nomadays
Le réseau de spécialistes locaux

Bonjour

Je suis Nuriddin de "Silk Road Explorer". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Appelez-nous au
+99894 454 6400